Je me lance dans la création d’un jeu commercial

Cela fait un moment que j’étudie comment faire un jeu vidéo, et je me suis lancée le défi de faire mon premier jeu commercial en un an.

Je partage ici mes pensées, sachant qu’elles vont très probablement évoluer avec le temps.

J’ai créé ma microentreprise afin de pourvoir développer mon studio de jeux vidéo.
Et que serait un studio sans son projet de jeux vidéo.
Jusqu’à maintenant j’avais participé à des Game-Jam qui consistent en un temps réduit de créer un jeu fonctionnel selon un thème donné.
Passer au jeu commercial demande de changer complètement d’état d’esprit.

Pour qu’un jeu soit qualifié de commercial, il doit devenir un Produit tel qu’il est défini en Markéting.
Un produit fait partie d’un écosystème et se conforme à tout un tas de règles. Tout est relié avec tout.
Il faut passer un bon moment à étudier ces principes dit et non dit.
Le bon sens croit naïvement qu’il suffit de faire le produit de le mettre sur le marché et les clients vont l’acheter si on en parle partout.
Le bon sens n’a pas faux mais il est loin, très loin de la réalité du problème.

Ca y est on va parler de marketing.

En marketing, on entend parler des 4 P : Produit, Positionnement, Prix, Protocole de distribution.

Le produit défini les qualités intrinsèques : technologie, qualité, durée de vie, type, catégorie, taille, PEGI, cout de production, temps pour la création.
Il répond a un besoin ou une attente suffisamment grande pour déclencher un acte d’achat.

Le positionnement défini la relation du produit avec son marché : niveau de qualité attendu, la concurrence, la réputation de l’entreprise, le profil des clients, persona, la cible ou la part de marché. Est ce le bon moment pour lancer ce produit.
Ce marché qui doit exister réellement et physiquement.

Remarque : quand on fait un produit innovant on se dit que le marché n’existe pas encore, c’est faux de penser comme cela. Le produit innovant ne fait que remplacer des solutions qui existent déjà mais faites de manières différentes. Connaitre ces autres solutions permet de bâtir une base d’argumentation pour son produit car en fait on va phagocyter le marché de ces autres produits.
La principale chose qui va faire la différence entre votre produit et les autres est ce qu’on appelle la valeur ajoutée. Notre produit sera toujours comparé à ses semblables mais avec ce petit plus qui fait la différence et il faut en tirer profit.

Le prix répond à deux contraintes : la loi du marché qui définit un range de prix pour des produits similaires et la nécessité pour l’entreprise de dégager suffisant de chiffre d’affaires (prix multiplié par le nombre d’articles vendus) pour couvrir les frais (personnel, sous-traitant, cout de production ect) et éventuellement dégager du bénéfice (Chiffre d’affaires moins les frais) pour financer de futurs produits.

Le protocole de distribution défini comment le client va être au courant de l’existence du produit et comment se le procurer. Cela parle aussi de la relation clientèle, la gestion de communauté, l’organisation ou la participation à des évènements, et le cycle de vie du produit (lancement, croissance, décroissance, fin de vie)

Le sujet est de fait très vaste et dépasse le cadre d’un article.

Scroll to top